Articles de recherches sur les usages problématiques d’internet

publié le  |  Imprimer

addinternetLes usages exponentielles d’internet font partie des enjeux de notre société, entre nouveaux modes d’attachement et modification du lien social. Deux articles récemment publiés par Marie Danet et Raphaële Miljkovitch traitent de ce nouveau rapport au virtuel et permettent d’identifier des pistes de prises en charge et de Réduction des Risques.

Le premier est une revue de la littérature paru dans Psychologie Française concernant l’usage d’Internet en lien avec les styles d’attachement (usage problématique et non problématique). « Monde virtuel : enjeux et risques liés à l¹attachement »

L’attachement étant un déterminant majeur des interactions sociales, ce travail met en lumière le rapport entre difficultés relationnelles et usages excessifs d’internet. L’identification des facteurs motivant le recours des personnes insécures à Internet vise à adapter les prises en charge d’une utilisation excessive.

Le second est un article de recherche paru dans l’Encéphale concernant l’usage problématique d’Internet chez les personnes ayant un style d’attachement insécure. « Être soi-même sur le Net : un facteur de risque à l¹usage problématique d¹Internet chez les personnes insécures »

Cette étude préliminaire vise une meilleure compréhension du lien entre attachement insécure et usage problématique d’Internet et notamment du rôle joué par l’expression de soi sur l’Internet. Les résultats de trois auto-questionnaires indiquent un lien entre l’usage problématique d’Internet et, respectivement, l’attachement préoccupé et l’attachement craintif. Ces deux styles d’attachement sont caractérisés par un modèle de soi négatif. Des analyses complémentaires montrent que le lien entre modèle de soi et usage problématique d’Internet est médiatisé par l’expression de soi sur Internet. La recherche d’un milieu sécurisant pour échanger pourrait ainsi jouer un rôle dans le recours excessif à ce média. Une prise en charge thérapeutique visant la constitution d’un modèle de soi positif pourrait permettre de réduire le recours à l’Internet et limiter le risque d’un usage problématique.