Analyse de drogues par Chromatographie sur Couche Mince (CCM) : lancez-vous !

publié le  |  Imprimer

Depuis ses débuts, la réduction des risques vise à informer les usagers concernant leurs usages, leur mode de consommation et les risques liés aux produits qu’ils consomment. La loi de modernisation du système de santé adoptée en 2016 reconnaît aux intervenants la mission d’analyse de produits.

La Fédération Addiction, en lien avec les associations Aides et Médecins du monde, vous proposent de vous lancer dans ce pas supplémentaire de la réduction des risques en profitant du cadre et de l’expérience de Médecins du Monde sur l’analyse de drogues par Chromatographie sur Couche Mince (CCM).

Deux modèles de convention et une note d’information

Pour cela, nos trois associations mettent à votre disposition deux modèles de convention :

– l’une pour les associations souhaitant se lancer dans la collecte de produits en lien avec un laboratoire existant

– l’autre pour celles qui souhaitent mettre en place un laboratoire de CCM sur site, en lien avec les autres structures volontaires pour être collectrices de produits

Elles vous proposent également une note de présentation de cet outil, pour faire le point et penser l’organisation de cette action sur le territoire.

Un programme de formation va être construit très bientôt pour aider le déploiement de l’outil sur les territoires.

Un outil de réduction des risques…

Depuis le début des années 2000, l’ONG Médecins du Monde défend l’accès à un dispositif global d’analyse de drogues, comme outil de RdR pour les usagers. Depuis, l’ONG organise le transfert de ce dispositif vers les structures médicosociales accueillant des usagers de drogues (CAARUD/CSAPA/Association Intervenante en milieu festif) de France.

En complément de l’existant (TREND/SINTES, porté par l’OFDT), MdM a fait le choix d’utiliser la technique de la chromatographie sur couche mince (CCM) dans une perspective très claire de réduction des risques :

  • Placer l’usager comme acteur de son parcours ;
  • Faire support à l’échange avec la personne sur ce qu’elle a ou va consommer ;
  • Informer sur la nature du produit et les risques liés aux différents paramètres de sa consommation (mode, fréquence, contexte) ;
  • Promouvoir la santé en explorant les liens entre composition d’un produit, effet ressenti et impacts sur la santé ;
  • Entretenir les connaissances des intervenants sur les produits et les usages sur leur territoire d’intervention.

Aujourd’hui, déjà plusieurs régions disposent de leur laboratoire (fixe ou mobile) et se coordonnent avec leurs partenaires régionaux pour la collecte des produits auprès des usagers ; 41 structures réparties sur le territoire participent à ce jour à ce réseau initié et animé par Médecins du Monde.

Un outil au service du réseau…

Une structure développant un laboratoire pourra mettre l’outil à disposition d’autres structures partenaires dans une logique de travail en réseau.

Un outil de lien avec la veille sanitaire…

En permettant le recueil d’informations et la collecte de données sur la composition des produits en circulation, et bien que ce ne soit pas son but premier, cet outil de RdR peut également venir enrichir et compléter les dispositifs d’analyse quantitative de la veille sanitaire, tel que le dispositif TREND SINTES (porté par l’OFDT).

Même si les techniques et objectifs sont différents ils n’en sont pas moins complémentaires. Ces deux dispositifs s’inscrivent en effet dans un dispositif global d’analyse de drogues, à disposition des usagers.

Pourquoi pas vous ?

Vous êtes intéressé(e)s? Vous avez des questions?

  • Contactez votre union régionale de la Fédération Addiction sur la page dédiée
  • ou contactez Laurène Collard, chargée de projet, au 01 42 28 83 21 – l.collard@federationaddiction.fr