« Addictions et travail »


Vendredi 30 novembre 2018
9h00 – 17h00

Hôtel de Ville d’Avignon – Place de l’Horloge – 84000 Avignon


 

Inscription

Envoyer le bulletin par mail ou à Centre de soins « Guillaume Broutet » – Service colloque – 1, boulevard Anatole France 84000 AVIGNON

 

Travail addictogène / travail régulateur

Les liens entre les addictions à différentes substances psychoactives et le travail suscitent un intérêt grandissant depuis plusieurs années. Différentes fonctions des conduites addictives, en rapport avec la situation professionnelle, sont décrites et rendent compte de la complexité du phénomène. A la fois risque et ressource, autonomie et dépendance, elles ouvrent des perspectives intéressantes en matière d’intervention et de prévention. Ces réflexions peuvent alimenter notre compréhension générale des addictions : notamment la question de la place de la subjectivité plus ou moins réifiée, et celle des facteurs socio-culturels dans leur apparition, et inspirer des modes d’intervention sur un plan plus général.

De nombreuses questions peuvent se poser : Le travail, aujourd’hui, contribue-t-il à l’apparition ou au développement de conduites addictives ? Quelles dynamiques organisationnelles, économiques, physiologiques ou psychosociales participent de son influence ? Quelles sont les caractéristiques des métiers, des activités ou des organisations professionnelles qui seraient plus « facilitatrices » ou « protectrices » vis-à-vis du recours aux pratiques individuelles ou collectives de type addictif ?

D’un autre côté, le phénomène d’addiction au travail lui-même, que d’aucuns appellent workaholisme, est décrit depuis longtemps déjà. Qu’en penser ? Quelle est l’évolution de ce phénomène dans nos sociétés modernes en regard du développement de conduites addictives, de type « dopage », en vue de « performances » professionnelles ?

En résumé, dans quelles conditions et selon quelles modalités, peut-on considérer le travail comme addictogène, dans le sens de favoriser l’accroissement de conduites addictives (en particulier vis-à-vis de substances psychoactives), et dans le sens de pouvoir générer une conduite addictive dont il serait lui-même l’objet ? Inversement, dans quelles situations le travail peut-il être régulateur de lui-même, de la santé et des conduites (notamment addictives) des professionnels ?

Ces questionnements sont aujourd’hui clefs pour la prévention et le soin, le maintien dans l’emploi ou l’insertion professionnelle, des personnes ayant des troubles de l’usage de substances psychoactives préexistants. Dans quelle mesure l’addiction peut-elle faire obstacle à l’insertion professionnelle ? Mais aussi, dans quelle mesure le travail peut-il constituer un facteur d’évolution favorable pour l’addiction, une mesure d’aide et d’accompagnement ? Peut-il également être envisagé comme une situation à interroger pour mieux éclairer et comprendre les composantes individuelles et collectives des dynamiques addictives ?

Programme

Matin

8h30 : Accueil autour d’un café de bienvenue
9h00 : Discours d’ouverture
9h30 – 10h20 : Mme Danièle LINHART, Sociologue, Directrice de recherches émérite au CNRS, membre du Laboratoire Genre, Travail et Mobilités du Centre de Recherches Sociologiques et Politiques de Paris (UMR-CNRS-universités de Paris 8 et paris 10), auteure de nombreux ouvrages dont : La comédie humaine du travail, Erès 2015 ; La modernisation des entreprises, La Découverte 2010 ; Perte d’emploi, perte de soi, Erès 2009 ; Travailler sans les autres, Le Seuil 2009 ; Pourquoi travaillons-nous ? Approche sociologique de la subjectivité du travail, Erès 2008
Quand le management incite chaque salarié à sortir de sa « zone de confort »
10h20 – 10h40 : Discussion
10h40 – 10h50 : Pause
10h50 – 11h40 : Dr Michel HAUTEFEUILLE, psychiatre, Centre Médical Marmottan-Paris, Rédacteur en chef de la revue Psychotropes, auteur de plusieurs ouvrages dont : Dopage et vie quotidienne, Payot, 2009
De l’addiction au travail à l’addiction pour le travail
11h40 – 12h00 : Dr Aliénor BOURBON, Médecin addictologue, Centre Hospitalier de Montfavet
Présentation d’un travail de thèse : Prévalence de la consommation de substances psychoactives chez les étudiants en médecine
12h00 – 12h30 : Discussion
12h30 – 14h00 : Repas libre

Après-midi

14Hh00 – 14h50 : Dr Gladys LUTZ, Docteur en psychologie du travail, Ergonome, membre de l’équipe de recherche du projet SURIPI (Centre de Sociologie des organisations de Sciences Po), Présidente de l’association Additra, auteure de plusieurs articles et ouvrages, a notamment dirigé : Se doper pour travailler, Erès 2017
L’apport de la clinique du travail pour agir en prévention et en soin
14h50 – 15h10 : Discussion
15h10 – 15h20 : Pause
15h20 – 15h40 : Dr Arnaud TRABUC, Psychiatre, Centre Médical Marmottan
Présentation d’un travail de thèse : Observance et vécu des traitements de substitution aux opiacés dans le milieu professionnel
15h40 – 16h30 : Mme Badra ANGLO, Directrice Départementale Vaucluse du Groupe SOS Solidarités et Directrice TAPAJ PACA (Travail Alternatif Payé à la Journée) du Groupe SOS Solidarités
Le travail comme levier de soin de l’addiction : le pro-gramme TAPAJ
16h30 – 16h50 : Discussion
16h50 – 17h00 : Conclusion du colloque