Première consultation spécifique maternité/sexualité

Objectifs de l'action :

L’objectif du projet est que la grossesse se passe dans les meilleures conditions possibles. La prise en charge proposée au csapa pour les femmes enceintes est globale : soutien de la femme enceinte dans ses démarches, travail de la place du père, soutien à la parentalité après la naissance.
La première consultation spécifique maternité est un moment-clé qui permet de faire le point avec la femme enceinte, de parler de la maternité à venir, de faire le point sur le suivi gynécologique et de faire le lien avec des partenaires (services de protection maternelle infantile notamment).
L’accompagnement permet aux femmes de prendre confiance en elles en tant que mères, malgré leur toxicomanie, même si des rechutes sont possibles. Une plus grande vigilance permet une plus grande tolérance. La période de la grossesse peut faire émerger chez les professionnels des jugements de valeur : l’objectif est d’apaiser le débat.

Descriptif de l'action :

Naissance du projet
Le csapa se soucie depuis des années de l’accueil des femmes. Les premières réflexions ont eu lieu au début des années 2000. Quand le service de substitution a été mis en place, les femmes sont venues en plus grand nombre, dont certaines étaient enceintes. La substitution a libéré partiellement la parole des femmes sur la question de la grossesse. La question s’est naturellement posée de leur accompagnement spécifique, en amont.
Les partenaires sur les actions de prévention (équipes pluridisciplinaires de PMI, services du Conseil Général comme l’aide sociale à l’enfance…) interrogeaient le csapa sur la spécificité des femmes enceintes toxicomanes et souhaitaient une aide pour travailler avec elles.
Le csapa explique que chaque situation est particulière et que la grossesse est possible.
Une infirmière et une éducatrice sont devenues au fil du temps les personnes ressources sur le sujet : elles abordent la substitution pendant la grossesse, le suivi gynécologique, l’image de soi.
Déroulé des consultations
Lorsqu’une femme enceinte se présente au premier accueil du csapa, une consultation est immédiatement planifiée avec l’infirmière. Des partenaires (médecins de ville), la famille peuvent également orienter une personne vers le csapa.
L’entretien dure entre 3/4h et 1h et permet de faire un point sur la situation, de répondre aux questions de la femme et à ses inquiétudes vis-à-vis du traitement et de ses répercussions sur le bébé. L’éducatrice intervient dans un second temps, si le besoin se fait sentir de compléter par un autre entretien. La consultation peut déboucher ensuite sur un accompagnement personnalisé : le suivi peut être très régulier, calé par rapport aux rendez-vous pour le traitement de substitution. Les intervenantes peuvent également parfois accompagner les usagères chez les spécialistes (gynécologue, sage-femme…), si elles en font la demande.

Retours sur expérience :

Entre 10 et 15 femmes enceintes sont suivies par an. C’est devenu une « pratique commune » ; les intervenantes sont satisfaites de ces consultations.
Elles recommandent de prêter attention au moment où les enfants sont plus grands et se détachent de la mère : la fin de la relation fusionnelle peut être un moment de fragilité et de rechute. Les autres difficultés sont le temps requis pour l’action, les problèmes de distance et de déplacement (les usagères sont parfois peu mobiles), les horaires d’ouverture, la tenue de la régularité des rendez-vous.
Les points de vigilance nouveaux sont la prise en charge des pères et le soutien à la parentalité quand les enfants sont plus grands.

Lieu :

intra-muros (dans le centre de soin)

Partenariats :

Les intervenantes travaillent beaucoup avec les médecins traitants, qui réorientent des personnes. Certains médecins de ville viennent travailler au centre, ce qui facilite le lien.
Elles ont rencontré le personnel de la PMI et de l’hôpital pour présenter leur action.
A l’hôpital, un médecin addictologue et une pédiatre ont fait un DU d’addictologie et organisent des réunions pour étudier les dossiers de prise en charge de femmes enceintes : le csapa a été associé à ce travail en tant que partenaire.
Elles travaillent également avec un foyer d’hébergement, ce qui nécessite des déplacements pour aller voir la mère.

Financement(s) alloué(s):

Pas de financement spécifique pour cette action : le financement de l’action est intégré au budget global de fonctionnement du csapa. Il s’agit principalement du temps de travail des intervenantes.

Qui contacter pour en savoir plus ?



Qui porte l'action ?

Csapa La Croisée

Type d'établissement :

Type d'accueil :


Mission et services :

Accueil de toute personne consommatrice de drogues, usagère de drogue occasionnelle ou dépendante, et de l’entourage :
– Accueil individuel
– Substitution
– Hébergement en appartements thérapeutiques individuels sur Epinal
– Soutien psychologique
– Travail en maison d’arrêt
– Développement du soutien aux parents en individuel et en groupe d’expression
– Consultation jeunes consommateurs
– Service de prévention

L’établissement propose également une consultation avec un psychiatre addictologue dans le cadre de la prise en charge des femmes enceintes.

L’association AVSEA 88 gère également un CAARUD.

Contact :

Adresse :

33 rue Thiers - 88000 EPINAL   

Région :


tel03 29 35 62 02
fax03 29 82 54 09