Plaquette d’information sur la grossesse, les traitements de substitution aux opiacées et l’usage de substances psycho-actives

Objectifs de l'action :

L’objectif général de l’action est de sensibiliser les usagers sur la conduite de traitements de substitution aux opiacés pendant la grossesse. La levée des tabous peut accélérer et améliorer la prise en charge, parfois tardive, des femmes enceintes concernées et de leurs bébés. L’idéal serait que cela incite les femmes à venir en amont de leur grossesse.

Descriptif de l'action :

Naissance du projet
Depuis plusieurs années, le centre travaille en partenariat avec la maternité et l’unité de pédiatrie en maternité de l’hôpital de Tours : il accompagne notamment des patientes sous substitution. La sensibilisation tourne toujours autour des mêmes informations ; le message passe bien auprès des femmes enceintes, mais pas toujours auprès de l’entourage. Les professionnels constatent beaucoup de fantasmes autour de ce sujet. En outre, les patientes consultent tardivement à l’hôpital dans le cadre du suivi de grossesse normale : il faudrait que le gynécologue et/ou le médecin de ville qui les suit les informe des modalités du suivi et les oriente plus précocement sur les services spécialisés.
Mise en œuvre du projet
Le csapa a profité de la rédaction de la thèse d’un externe en pharmacie pour faire un projet bien formalisé. Un groupe en périnatalité a été créé, constitué des deux infirmières et du médecin psychiatre prenant habituellement en charge ces patientes ; l’étudiant, une éducatrice et deux psychologues du csapa ont également participé.
Un questionnaire a été diffusé en 2010 auprès des usagers du Centre Port Bretagne et de leur entourage, pour mesurer leur niveau de connaissance du sujet. Ils ont une bonne connaissance des risques liés aux usages de substances psychoactives pendant la grossesse et se méfient des médicaments, en particulier des TSO. Les représentations de ces derniers sont en effet négatives et les spécificités de la prise en charge méconnues. Les personnes interrogées se déclarent en revanche intéressées par un support d’information.
La plaquette a ensuite été rédigée, mise en page par un graphiste professionnel, et sa diffusion a eu lieu en 2012. La plaquette est à visée départementale.
Public ciblé
Toute femme enceinte ou désirant un enfant, sous substitution et/ou son entourage, ainsi que les professionnels amenés à rencontrer des patients dans la situation. La plaquette sera mise à disposition dans les salles d’attente.

Retours sur expérience :

Le projet a permis de fédérer l’équipe autour d’un objectif, de créer une émulation ; il a permis de se donner le temps et d’intégrer des membres du personnel qui ne vont pas forcément sur le terrain.
La diffusion de la plaquette est également très riche pour renforcer le partenariat existant.
La difficulté  a été de trouver des financements et d’obtenir toutes les autorisations dans une structure très administrative, à nombreuses strates hiérarchiques.
L’idéal sur ce type de projet est une bonne collaboration entre les soignants qui ont les connaissances et l’expérience, et un service de communication qui prend en charge la mise en forme et les aspects administratifs.


Partenariats :

Pour la création de la plaquette
Outre l’externe en doctorat de pharmacie, ont soutenu le projet : le responsable de la périnatalité à la CPAM, l’opératrice départementale de prévention des addictions, le Conseil Général, une maternité privée, la maternité du CHRU de Tours. L’aide a été apportée sous forme de participation à des réunions de réflexion autour du contenu, rédigé au préalable par le csapa.
Pour la communication et la diffusion
La communication doit être faite régulièrement, pas ponctuellement.
Des soirées d’information pour les professionnels sont organisées, comme celle qui a eu lieu le 23 octobre, à destination des généralistes, pharmaciens, gynécologues, sages-femmes, de l’hôpital et des structures spécialisées en addictologie. Les intervenants du csapa ont également rencontré les structures à caractère social, le médecin du Conseil Général, les délégués médicaux de la CPAM pour présenter la plaquette. Une formation réalisée avec la maternité de l’hôpital aura lieu en 2013, au cours de laquelle la plaquette sera diffusée.
Les autres biais de diffusion sont les quotidiens locaux, le bulletin pour le personnel de l’hôpital, le site de l’assurance maladie www.ameli.fr.

Financement(s) alloué(s):

3300 euros, partagés entre la CPAM, la MILDT, la Mutualité Française Centre, l’association Pégase, le CHRU pour frais d’envoi et mise à disposition de ses agents

Qui contacter pour en savoir plus ?

Qui porte l'action ?

Csapa 37 - Centre Port Bretagne

Type d'établissement :

Type d'accueil :

Type d'environnement :



Mission et services :

Le csapa est issu de la fusion d’un CCAA et d’un CSST en 2010. Il est constitué des centres suivants :
– Le Centre Port Bretagne (CJC intra- et extra-muros, intervention en maison d’arrêt, permanences délocalisées)
– Le Centre de la Rotonde (ancien CCAA) : orientation première alcool, mais prise en charge des co-addictions
– Le Centre René Descartes à Loches : antenne généraliste ouverte à la création du csapa
Des antennes sont en cours de mise en place à Amboise et Chinon.

Contact :

Adresse :

26, rue de Richelieu - 37000 TOURS   

Région :


tel02 47 47 91 91
fax02 47 47 69 65