Accompagnement dédié aux femmes enceintes et aide à la parentalité

Objectifs de l'action :

Le csapa Le Pélican se donne pour objectif de partir du potentiel de la personne présentant une addiction au moment où les professionnels la rencontre et d’essayer de faire en sorte qu’elle gère au mieux la future maternité durant les périodes  allant de la pré-natalité à la très petite enfance. L’accompagnement spécifique est axé sur la prévention pour limiter les risques pour l’enfant à naître. Il cherche également à faciliter les relations entre tous les partenaires pour préserver le lien mère-enfant et éviter le placement.

Descriptif de l'action :

Au moment de la grossesse et de la petite enfance, des questions vitales se posent pour l’enfant et/ou pour la mère. L’ensemble du parcours des femmes mérite plus d’attention, du médecin auprès duquel la grossesse est déclarée, à tous les professionnels rencontrés au cours de cette période. Les publics de l’action sont les femmes enceintes, les mères d’enfants de 0 à 3 ans, les pères, les couples présentant une addiction y compris celle sous substitution.
L’idée de l’accompagnement spécifique est née à la fois de la sensibilité à la thématique « femmes » de certains professionnels du Pélican et des structures partenaires, de la formation de l’équipe par le Pr Lejeune, président du GEGA, de demandes d’aide de partenaires travaillant en parentalité et de l’observation des situations rencontrées dans l’établissement.
L’action est composée de deux volets :
* un groupe de réflexion csapa/Conseil Général – PMI/maternité de l’hôpital ; ce groupe  se réunit régulièrement depuis plusieurs années pour mieux suivre les femmes enceintes et poursuivre l’accompagnement spécifique jusqu’aux 2 à 3 ans de l’enfant. L’action permet d’obtenir un financement  pour qu’un psychologue acteur de la permanence cité ci-dessous vienne participer aux travaux de réflexion en apportant son point de vue sur le champ de la parentalité et des addictions
* une permanence a été mise en place pour recevoir les femmes enceintes et les pères
A la permanence, la personne est reçue par un psychologue  autant de fois que nécessaire, sur la base d’une fois tous les 15 jours. Deux éducatrices assurent l’accompagnement social.

Retours sur expérience :

Chez les partenaires, l’idée fait son chemin que l’on peut être à la fois mère et  continuer à vivre sous produits ou être sous substitution.
Les orientations de femmes vers le csapa restent rares  du fait d’un signalement tardif (entretien du 4ème mois) ou du non-dit des mères aux gynécologues par exemple.
Les professionnels de l’addictologie sont passionnés par le sujet et en parlent de plus en plus.
Le travail fait sur la peur du placement de l’enfant qui amenait les mères à ne pas parler de leurs conduites d’addiction porte ses fruits auprès de certaines usagères et les langues se délient.
En revanche, les patientes ont du mal à s’engager vraiment dans l’accompagnement et à suivre des rendez-vous réguliers ; les relancer est difficile à articuler avec la notion de volontariat qui est à la base de toute démarche.
Les équipes doivent être vigilantes à la période charnière des 1 an ½ – 2 ans de l’enfant : à ce moment-là, la séparation entre la mère et l’enfant commence à se faire et les risques de rechute sont très importants.

Lieu :

Extra-muros : l’accueil se fait sur le lieu de prévention et non au centre de soin, certaines patientes souhaitant momentanément ne pas fréquenter le centre (désir d’éviter des rencontres, de rompre avec certaines modalités d’accompagnement, de ne plus être accueillies en tant que patientes « addictes » mais en tant que mères…). Une éducatrice peut se déplacer avec l’usagère chez le médecin, dans les administrations, et peut mettre en place des visites à domicile, etc.

Partenariats :

L’action a été co-construite avec le  Conseil Général (PMI). A la maternité de l’hôpital, les sages-femmes sont demandeuses d’informations sur le sujet. Les médecins de ville, les pharmaciens peuvent réorienter des patientes.
6 à 7 mois de communication ont été mis en œuvre : envoi de la plaquette à l’hôpital, aux médecins de ville, aux pharmaciens, aux CHRS, aux pédiatres, aux établissements mères-enfants, au foyer de l’enfance… Les éducatrices se sont également déplacées pour présenter l’action dans les structures mères enfants.

Financement(s) alloué(s):

15 000 euros par an, alloués par l’ARS Rhône-Alpes

Qui contacter pour en savoir plus ?



Qui porte l'action ?

Csapa Le Pélican

Type d'établissement :

Type d'accueil :

Organisme gestionnaire :

Type d'environnement :



Mission et services :

L’association Le Pélican gère un Csapa généraliste, quatre antennes, des appartements thérapeutiques et un service de prévention.
Le csapa de Chambéry effectue :
* de l’accueil, de l’information, de l’évaluation et de l’orientation pour toute personne ayant une conduite addictive, et son entourage
* des soins et de l’accompagnement pour toutes les personnes présentant une addiction et pour leur entourage (Consultations familiales)
* des interventions sociales, éducatives, psychologiques, médicales et infirmières
* des actions de prévention au sein de son pôle de prévention
* des actions d’accompagnement en milieu pénitentiaire

Contact :

Adresse :

60 rue du Commandant Perceval - 73000 CHAMBERY   

Région :


tel04 79 62 56 24
fax04 79 96 15 36