Actal n°8, septembre 2010 – La prévention : un investissement pour demain !

publié le  |  Imprimer

Le numéro 8 d’Actal, Cahiers thématiques est consacré à la prévention.

Edito de Michel Boulanger, Directeur du Pélican (Chambéry), Membre du conseil d’administration ANITeA, Référent de la commission prévention ANITeA-F3A

« Pourquoi prévenir ?

Actuellement en France, les conduites d’addiction aux substances psychoactives (en particulier les consommations de tabac, les abus d’alcool, de substances illicites) interviennent directement dans 30% de la mortalité précoce (décès avant 65 ans) comme le souligne le Plan de prise en charge et de prévention des addictions (2007/2011). Le poids de ces conduites sur la morbidité générale est estimé à environ 20% (complications somatiques : cancers, VHC…, psychiatriques, accidents de la route, …). Notre pays est l’un des plus touchés d’Europe.
De plus, ces complications n’ont pas que des conséquences sanitaires mais aussi économiques, sociales et humaines : des économies souterraines se développent, des quartiers subissent des nuisances, des groupes familiaux sont déstructurés,…
Pour réduire les inégalités sociales en matière de santé, les efforts de la collectivité vont devoir porter sur les facteurs d’apparition des conduites addictives, particulièrement dans le champ de la prévention.

Comment prévenir ?

Pour rappel, c’est sur notre proposition, conjointement avec l’UNIOPSS, que les établissements médico-sociaux en addictologie (CSST, CCAA) ont intégré la prévention dans leurs missions, complémentairement au soin et l’accompagnement. Ils sont devenus des CSAPA.
Comment caractériser notre activité préventive ?
D’abord en affirmant que la prévention des addictions est fondée sur une éthique : loin des peurs, des stigmatisations, elle est d’abord une démarche positive qui se construit en s’appuyant sur les ressources des personnes et des groupes concernés. Ensuite, en rappelant l’engagement de nos adhérents, de l’ANITeA et de la F3A qui développent un savoir-faire et une richesse d’intervention depuis de nombreuses années sur le terrain. Ces actions, ces projets, vont de la réduction des risques à l’accès aux soins, de la prévention généraliste aux interventions précoces, du conseil méthodologique à la formation… Enfin, en soulignant le continuum entre soin et prévention qui constitue la caractéristique fondatrice de notre activité au sein des CSAPA. Pour autant, l’activité de prévention, qui n’est pas budgétisée à partir des crédits médico-sociaux, reste aléatoire et précaire.

Un enjeu structurel et organisationnel !
La prévention est le parent pauvre des politiques publiques. Aujourd’hui, de nombreux acteurs de prévention cessent leur activité ou sont en précarité chronique. Les raisons sont connues de tous : course aux multiples financements, découragement professionnel…
L’enjeu est d’abord structurel et organisationnel : il passe par une identification claire des différents acteurs et de leurs compétences respectives mais aussi par un engagement fort et visible des responsables publics, pour inscrire la prévention dans la durée et donc lui donner les moyens nécessaires à son activité. C’est assurément un des enjeux majeurs de la mise en place des prochaines Agences Régionales de Santé qui déclinent par territoires la politique publique. Donner enfin à la prévention la priorité et les moyens dont elle a besoin.»

Au sommaire de ce numéro :

La commission prévention Anitea-F3A – Georges Martinho
L’éducation préventive – Jean-Pierre Couteron
Place de la prévention dans le nouveau pilotage des politiques publiques – Véronique Garguil
L’union Régionale Pays De La Loire mobilisée sur les questions de prévention – Daniel Bernier
L’intervention précoce – Alain Morel
Quelques minutes de plus pour quelques verres de moins – Anne-Violaine Dewost & Marc L.
De la lutte contre l’alcoolisme à la prévention des conduites addictives en milieu de travail : pourquoi l’évoquer avec les soignants ? – Laurence Arguillère-Bultel
Réseau addictions-parentalité : une démarche de prévention – Nathalie Bonhomme & Jacques Reulier
La prévention à l’AMPTA – Véronique Heurtier & Jean-Jacques Santucci
Une prévention au milieu des champs – Odile Vitte
Politique de la ville et prévention des addictions – Denis Jouteau
Des étudiants infirmiers sur le terrain – Rose-Marie Averna & Michel Astesano
Et si on essayait une prévention basée sur le gout de vivre ? – Jean-François Vallette & Julien Chambon
Too cheap, too much, too often – Sterenn Bohelay, Clémence Sellincourt & Dominique Meunier

Ce numéro est téléchargeable gratuitement au format PDF.
Pour le commander au format papier, au prix de 6€, merci de nous retourner le bulletin d’abonnement ci-joint.