Actal n°10, décembre 2011 – Hépatites : de réelles avancées !

publié le  |  Imprimer

Le numéro 10 d’Actal, Cahiers thématiques est consacré aux hépatites.

Edito de Jean-Michel Delile, Directeur du CEID (Bordeaux) et Vice-président de la Fédération Addiction

« La question de l’hépatite C chez les usagers de drogues est devenue un enjeu majeur de santé publique.
L’infection par le VHC est une des premières causes de mortalité chez les usagers de drogues par voie injectable. Chaque année en effet, environ 5000 décès sont liés en France aux hépatites chroniques B et C. Plus des 2/3 d’entre eux sont des décès dus au VHC. Alors que la prévalence de l’infection par le virus de l’hépatite C (VHC) est d’environ 1 % dans la population française, elle s’élève, selon les études, à 50 % voire 70 % des usagers de drogues par voie injectable. Dans cette population, les coinfections VIH-VHC sont également plus fréquentes alors qu’elles sont plus rapidement responsables de lésions hépatiques sévères. Enfin, l’incidence des nouvelles contaminations serait d’environ 5000 personnes par an dont 70 % d’usagers de drogues qui constituent dorénavant le « réservoir » essentiel de nouvelles contaminations.
Les actions traditionnelles de réduction des risques très efficaces contre l’infection par le VIH n’ont pas eu la même efficacité contre le VHC. Cela résulte du caractère à la fois résistant et très contaminant du VHC: les usagers peuvent être très rapidement infectés dès leurs premières injections. Ainsi beaucoup d’entre eux ignorent leur statut sérologique, ce qui accroît d’autant les risques de diffusion du virus. Les traitements de substitution aux opiacés, tout aussi utiles qu’ils soient par ailleurs, n’ont pu enrayer ce phénomène, d’autant que ces « jeunes » consommateurs, très souvent, ne sont pas encore en demande de soins ni a fortiori en traitement.
Loin de condamner l’approche Réduction des Risques, cela invite à l’adapter et à la préciser. Les actions de RDR restent un moyen essentiel de rencontrer une large partie des usagers concernés, de continuer avec eux un travail régulier de sensibilisation, de favoriser leur accès aux traitements. Des pistes nouvelles sont ouvertes, qui doivent intégrer une prévention des comportements à risques (alternatives à l’injection) et une réduction du « réservoir » contaminant (information, dépistage, accès aux soins, traitement). Ces actions nouvelles nécessitent d’agir sur les primo-injections et les alternatives à l’injection (accessibilité renforcée aux matériels stériles mais aussi prévention du passage à l’injection, éducation sur les risques liés à l’injection, transition vers d’autres modes de consommation).
Un autre axe prioritaire doit être d’améliorer le dépistage pour permettre aux personnes contaminées d’accéder à des traitements efficaces. Cela amène à promouvoir les tests rapide d’orientation diagnostique (TROD) et les techniques non invasives de prélèvement (tests salivaires, buvards…) dont nous attendons que la HAS précise les conditions optimales d’utilisation, mais aussi les techniques non invasives de suivi (FibroScan dont nous saluons la récente inscription à la nomenclature, Fibrotests) ainsi qu’une meilleure prise en compte diagnostique et thérapeutique de l’infection par le VHC dans les Centres que fréquentent les usagers, CSAPA ou CAARUD. Cette unité de lieu, en partenariat avec les acteurs de la ville (médecins, services sociaux) et de l’hôpital (consultations avancées d’hépatologie), facilite l’accès aux soins et en améliore l’efficacité en développant collaborations professionnelles et éducation thérapeutique.
La Fédération Addiction a depuis cinq ans investi de façon majeure et volontariste la question des hépatites tant il s’agit d’une question cruciale pour l’avenir des usagers de drogues. Elle a fait de nombreuses propositions et s’est impliquée aux côtés des Pouvoirs Publics et des partenaires au sein du Comité de suivi et de prospective du Plan national de lutte contre les hépatites, présidé par le Professeur Dhumeaux. Elle a contribué à son redéploiement en région notamment en organisant des rencontres inter régionales « hépatites et addictions ». Elle contribue à soutenir et promouvoir toutes les avancées en matière de prévention et de prise en charge des hépatites chroniques et se félicite de l’arrivée prochaine des trithérapies qui vont encore améliorer l’efficacité du traitement de l’hépatite C. Il est nécessaire de valoriser et capitaliser les innovations et les bonnes pratiques développées dans les Centres en lien avec la ville et les hôpitaux.
Ce document réalisé avec l’aide de grands experts et d’acteurs de terrain que nous tenons à remercier vivement, vise donc à soutenir cette mobilisation en présentant une synthèse des connaissances et des avancées actuelles (épidémiologie, dépistage et suivi non invasifs, traitement) et des initiatives innovantes du terrain: alternatives à l’injection, incitations au dépistage, dépistage et initiations de traitements en CAARUD/CSAPA, consultations avancées, transdisciplinarité, éducation thérapeutique, actions auprès de populations spécifiques (milieu carcéral, précarité)…
La Fédération Addiction souhaite ainsi amplifier sa mobilisation dans la perspective de la première Journée Mondiale contre l’hépatite qui se tiendra le 28 juillet 2012 à l’initiative de l’OMS. »

Au sommaire de ce numéro :

Edito – Jean-Michel Delile
Le plan hépatites B et C s’adapte aux nouvelles stratégies thérapeutiques – Daniel Dhumeaux
Pascal Melin, président de SOS Hépatites – Interview
L’accompagnement des patients devant traiter leur hépatite C : enjeux pour le patient, l’entourage et les professionnels – Dr Laurent Novak
L’unité de lieu : pour améliorer la prise en charge de l’hépatite C chez les usagers de drogues – Brigitte Reiller
“Ici, c’est l’affaire de tous” – Interview Frédéric Brzozowski et Pascale Sablon
“Informer, toujours informer” – Joëlle Lager
La première injection au prisme de la réduction des risques – Anne Guichard / Romain Guignard
Projet ERLI* : ouvrons le débat ! – Marie Debrus
Prévenir la première injection – Monique Wahlen
Hépatites, VIH et TSO en milieu carcéral: que nous apprend PREVACAR 2010 ? – Dr Jean-Yves Grall, Dr Dominique de Penanster, Dr Christine Barbier
Prévention des risques infectieux en prison : des ajustements nécessaires – Dr Laurent Michel
Dépister et traiter en milieu carcéral, une vraie réussite – Fadi Meroueh
Missions et projets de l’ANGREHC** – Dr Xavier Aknine

*Éducation aux Risques Liés à l’Injection
**Association Nationale des Médecins Généralistes pour la Recherche et l’Etude sur les Hépatopathies Chroniques