8 Août : fêtons le Droit à la déconnexion !

publié le  |  Imprimer

Digital Détox Day ou Droit à une Déconnexion Discernée, ce 8ème DDD8 (initiative citoyenne  de Thierry Le Fur expert des comportements numériques et addictifs), fête l’anniversaire du Droit à la déconnexion voté le 8 Août 2016. Ne nous concerne-t’il pas tous ‘’un peu’’ ? 

Un droit à la déconnexion : est-ce bien utile ?

Sur le fond rappelons qu’un actif a 4 heures de temps libre et social en moyenne par jour… et utilise plus de 4 heures le numérique à titre personnel… Un cadre sera connecté 250 000 heures dans sa vie !

Oui, l’idée d’une éducation au numérique pour user du numérique de manière « raisonnable » tel que le propose le législateur devient nécessaire. Sur la forme on peut imaginer d’autres formules tel un devoir plus qu’un droit, mais celle-ci a le mérite d’être aujourd’hui la plus claire.

Ce droit s’inscrit dans les Négociations Annuelles Obligatoires et plus particulièrement dans la Qualité de Vie au Travail (QVT), approche devenue indispensable pour conjuguer performances, santé et bien-être !

Tout le monde est concerné !

Le législateur en préambule du droit à la déconnexion indique qu’il s’agit de se préoccuper de « l’articulation entre la vie personnelle et la vie professionnelle pour les salariés. ». En effet plus de 70% des cadres consultent dorénavant leurs smartphones professionnels hors heures de travail… et réciproquement à titre privé leurs réseaux sociaux ou jeux divers au moins autant au bureau.

Apprendre à déconnecter n’est pas inutile pour notre vie de famille : préserver son couple, donner de justes repères à nos enfants… plus que le mauvais exemple.

Le Droit à la Déconnexion – que l’on aurait aussi pu nommer devoir de déconnexion – est un moyen fédérateur d’apprendre à Mieux Vivre avec le numérique. Par-delà sa responsabilité sociétale, l’entreprise a aussi tout à y gagner : rappelons plus de 30% de performance individuelle se joue entre bons usages et pratiques erratiques voire addictives.

Mise en œuvre le Droit à la Déconnexion : tant de pistes, les DDD8

Au gré des DDD 8 précédents nous avons défriché des pistes novatrices. Parmi elles la Table des XII Lois des Temps et des usages numériques est particulièrement proactive : elle plaidait pour une éducation au numérique par nos rapports aux temporalités (durées d’usages numériques, rythmes, biochronicité…).

Google, Apple, Face et Instagram ont « en même temps » décidé de nous offrir des « time tracker » : ces outils pour traquer nos voleurs de temps. Compteurs de temps usé sur telle application où nombre de notifications intempestives donnent des repères. Nous pourrons aussi limiter nos temps d’usages.

Quand on pense qu’il y a encore peu on contestait l’addictivité de certaines pratiques numériques. Maintenant c’est l’industrie numérique elle-même qui en fait la prévention : quand un dealer (vendeur en anglais) devient préventeur c’est qu’il y a un réel problème !

Avec les DDD8 il ne s’agit pas de devenir ‘’addict’’ à la déconnexion : mais une fois par mois n’est-il pas utile de se poser les bonnes questions et de disposer de repères fiables et utilisable à notre guise.