Décès de Mony Elkaïm

publié le  |  Imprimer

Mony Elkaïm nous a quittés ce vendredi 20 novembre, à Bruxelles.

Pour celles et ceux qui ont eu la chance de le connaitre, Mony Elkaïm était tout à la fois un  thérapeute d’exception, un de ceux qui osent, pionner de la thérapie familiale qu’il avait aidé à diffuser en Europe, mais aussi un théoricien exigeant et un orateur charismatique.

Formé à la neuropsychiatrie à l’Université Libre de Bruxelles, il créa en 1979, après un séjour aux Etats-Unis, l’Institut d’Études de la Famille et des Systèmes Humains. Les congrès de thérapie familiale qu’il organisa tout au long des années 80/90 permirent aux praticiens européens de rencontrer les pionniers américains et européens de la thérapie familiale ainsi que les représentants de l’antipsychiatrie. Mony Elkaïm a aussi été à l’origine de la fondation d’EFTA qu’il a présidée pendant de nombreuses années, soucieux de défendre le statut des thérapeutes familiaux européens mais aussi des psychothérapies en général. En 1979, il éditait les « Cahiers critiques de thérapie familiale et de pratiques de réseaux », première revue de thérapie familiale francophone.

Mony Elkaïm avait toujours répondu à nos sollicitations que son ami Jean-Michel Delile lui relayait. De sa participation au Congrès « Famille et dépendance », à La Rochelle, à celle du Colloque de Bruxelles, il avait su témoigner de l’importance de l’approche systémique dans les traitements des addictions, dans une perspective réellement biopsychosociale.

La Fédération Addiction transmet à son épouse Olga, à son fils Michaël et à toute sa famille ses plus sincères condoléances.