Une étude confirme l’importance des événements de la petite enfance dans la consommation future d’alcool

publié le  |  Imprimer

Un étude intitulée « Adolescent Alcohol Use is Predicted by Childhood Temperament Factors Before Age Five, with Mediation through Personality and Peers » fait l’objet d’un article dans le journal  Alcoholism: Clinical & Experimental Research (ACER), publication officielle de la Research Society on Alcoholism et de l’International Society for Biomedical Research on Alcoholism. Les résultats complets de l’étude paraîtront dans le numéro de décembre 2013 de la Revue Alcoholism: Clinical & Experimental Research.

Les conclusions de l’étude, pour une part assez classique, doivent être appréhendées avec précaution si on ne veut pas retomber dans le « tout se joue avant 5 ans ». L’enquête montre que les différences de personnalités reliées à des problématiques alcooliques plongent leur racines dans la prime enfance, via les caractéristiques personnelles et les expériences de vie rencontrées. Le « tempérament » de l’enfant avant ses 5 ans serait corrélé aux problèmes d’alcool qui peuvent survenir à partir de l’âge de 15 ans et demi ; les résultats sont identiques lorsque l’on prend en compte les facteurs socio-démographiques et les problème d’alcool parentaux.

Un large échantillon comprenant des femmes enceintes qui ont accouché entre avril 1991 et décembre 1992 et leurs enfants (6504 garçons et 6 143 filles) a servi de base à l’enquête.

>> Consultez l’article en ligne (version payante en anglais)