international

Trop de travail pousserait à la consommation d’alcool

envoi18-7

Source : « Long working hours and alcohol use: systematic review and meta-analysis of published studies and unpublished individual participant data », BMJ, 13 janvier 2015; 350
doi: http://dx.doi.org/10.1136/bmj.g7772

Selon une étude publiée cette semaine dans la revue britannique BMJ (British Medical Journal), trop travailler nuirait à la santé ! Au delà des risques de maladies cardiovasculaires, d’accidents du travail et de problèmes de santé mentale, c’est le risque d’une consommation excessive et régulière d’alcool qui est ici pointé.

Cette méta-analyse, qui porte sur près de 335 000 employés dans 14 pays (l’Allemagne, l’Australie, la Belgique le Canada, le Danemark, l’Espagne, les Etats-Unis, la France, la Finlande, le Japon, la Nouvelle Zélande, le Royaume-Uni, la Suède, et Taïwan), révèle qu’au-delà de 48 heures hebdomadaires (seuil maximal fixé par l’Union européenne) un travailleur a 11% de risque en plus d’augmenter sa consommation d’alcool, par rapport à un autre employé.

Si exercer une activité professionnelle semblait prémunir du risque alcool comparé à une personnes au chômage, la pression croissante, les injonctions de performance et de compétitivité, les rouages de maintien des liens sociaux, peuvent conduire un salarié à recourir à l’alcool. Ces « dopés du quotidien », au cœur de notre société, pour lesquels alcool (voir d’autres produits stimulants et/ou anesthésiants) et travail sont en interrelations fortes, est une population à ne pas laisser en marge du circuit de prévention, d’accompagnement, de soin proposé par les médecins et spécialistes en addictologie. Médecins du travail, collègues, chef d’entreprises ont leur rôle à tenir dans cette préoccupation majeur de santé publique. Parce que les mésusages de substances psychoactives concernent aussi les personnes insérées, et questionnent directement l’évolution des mondes professionnels, des structures comme Additra travaille sur cette relation usages de substances psychoatives/travail, principalement sur le versant du travail et de la santé.

Gladys Lutz, Présidente d’Additra, a pu s’exprimer sur ce sujet pour le site pourquoidocteur.fr

>> Accéder à l’étude  « Long working hours and alcohol use: systematic review and meta-analysis of published studies and unpublished individual participant data »