Tabac et e-cig en France : données du Baromètre santé Inpes 2014

publié le  |  Imprimer

tabacLe dernier baromètre santé Inpes 2014 permet de renseigner les caractéristiques et les évolutions récentes de la consommation du tabac en France (échantillon de 15000 personnes âgées de 15 à 75 ans), en comparaison avec les dernières données datant de 2010. Pour la première fois, il a étudié le phénomène de la cigarette électronique en France.

Si, après la hausse observée entre 2005 et 2010, la prévalence du tabagisme se stabilise (34,1% de fumeurs) et le nombre de fumeurs quotidiens est pour la première fois à la baisse, le tabagisme en France reste toutefois largement supérieur à celui des autres pays comme la Grande Bretagne, le Canada ou l’Australie.

Des résultats jugés néanmoins encourageants par Marisol Touraine qui les a présentés lors d’une conférence de presse le 24 février dernier.

Les chiffres clés du baromètre santé Inpes :

Tabac : une prévalence toujours élevée mais des tentatives d’arrêt en hausse

  • Le nombre de fumeurs quotidiens baisse pour la 1ère fois depuis 2010, passant de 29,1% en 2010 à 28,2% en 2014
  • La proportion d’ex-fumeurs a augmenté de deux points, passant de 29,2% en 2010 à 31% en 2014 et la part des fumeurs ayant fait une tentative d’arrêt dans l’année passe de 25,2% à 29%
  • Inversant la tendance observée entre 2005 et 2010, la proportion de femmes fumeuses quotidiennes est en baisse chez les 20-44 ans, passant de 26% en 2010 à 24,3% en 2014 mais en hausse chez les 55-64 ans (génération de femmes ayant commencé à fumer dans le cadre d’une volonté d’émancipation et d’un puissant marketing dédié). Le nombre de fumeuses quotidiennes déclarant souhaiter arrêter de fumer est en hausse (59,4% en 2014 versus 54% en 2010)
  • Le tabagisme reste néanmoins plus fréquent chez les hommes (38% versus 30%) mais l’écart se réduit avec le temps.
  • La proportion de fumeurs quotidiens ayant fait une tentative d’arrêt dans l’année est en hausse (29% en 2014 versus 25% en 2010), en particulier chez les 15-24 ans (54% versus 41%).
  • Internet devient une source d’information et de conseils importante pour les fumeurs ce qui confirme la nécessité d’investir ce média pour l’aide à l’arrêt du tabac.
  • Plus d’un tiers des fumeurs déclarent avoir diminué leur consommation

 La e-cigarette : un usage restreint malgré une forte notoriété et un outil d’aide à l’arrêt

  • La cigarette électronique est connue par la quasi-totalité des Français (99%)
  • Dans l’ensemble, ce sont les hommes, les personnes de moins de 55 ans et celles qui ont un niveau de diplôme inférieur ou égal au bac qui sont les plus vapoteurs, soit des caractéristiques proches de celles du tabac.
  •  Seul 9% des vapoteurs utilisent la cigarette électronique depuis plus d’un an. 57% des vapoteurs de puis d’un mois l’utilisent quotidiennement, 30% au moins une fois par semaine
  • 98% des vapoteurs sont des fumeurs ou ex-fumeurs (= la e-cig est essentiellement utilisée par les fumeurs)
  • 0,9 % des 15-75 ans ont arrêté le tabac, au moins temporairement, avec la e-cigarette (soit 400 000 personnes)
  • La cigarette électronique est vue comme une aide à l’arrêt
  • La diminution moyenne de la consommation de tabac est de presque 9 cigarettes par jour.

Les motivations à l’usage de la cigarette électronique sont :

  • La dépendance à la nicotine
  • Le prix inférieur à celui du tabac
  • La santé
  • La liberté de l’usage, la cigarette électronique puvant être fumée dans des lieux où la cigarette ordinaire est interdite
  • Le respect des autres
  • Le goût, jugé meilleur que la cigarette ordinaire
  • La curiosité

Plus d’infos (intégralité des résultats du baromètre santé Inpes, dossier de presse Inpes, communiqué de presse du Ministère chargé de la santé)

Suite à la parution de ces résultats, la Fédération Addiction et le Respadd ont publié un communiqué de presse commun : Tabac, une si lente évolution.