Selon une étude française, la prégnénolone pourrait contrer les effets néfastes du cannabis sur le cerveau

publié le  |  Imprimer

neurocentre_magendieLe Neurocentre Magendie de Bordeaux (Inserm), dirigé par Pier Vincenzo Piazza, a conduit une étude sur l’addiction au cannabis selon laquelle la prégnénolone, une molécule produite par le cerveau, le protégerait contre les effets néfastes de ce produit.

Les chercheurs ont administré de très fortes doses de cannabis à des rats et des souris, ce qui a provoqué une augmentation de la concentration cérébrale de la prégnénolone dans leur cerveau. Cette concentration accrue semble avoir bloqué les effets néfastes du THC. Cette découverte pourrait déboucher, si elle est confirmée, sur un traitement pharmacologique de la dépendance au cannabis.

Le quotidien La Croix a publié un article de Jean-Michel Delile, directeur du CEID à Bordeaux et vice-président de la Fédération Addiction, sur le sujet.
>> Consulter l’article

Rappelons que l’addiction au cannabis concerne un peu plus de 500 000 personnes en France ; les jeunes Français sont parmi les plus gros consommateurs européens de cette substance.

>> Consultez l’article sur le site de la revue Science (en anglais)