Quelle prise en charge pour l’alcool ?

publié le  |  Imprimer

verre_alcoolLe 16 janvier 2014 s’est tenue une table ronde au Conseil économique, social et environnemental (CESE) sur le parcours de soins de la personne malade de l’alcool, organisée par un groupe de réflexion transversal sur l’alcoolo-dépendance, Apollin’ère.

Les constats partagés reposaient sur la difficulté d’accès aux soins des buveurs à risques et des alcoolo-dépendants liée à une problématique de coordination des professionnels, alors que l’alcool provoque près de 49 000 décès par an.
Jean-Michel Delile, vice-président de la Fédération Addiction, a pu y présenter notre analyse. Il a mis en parallèle le changement intervenu dans le champ des drogues illicites dans les années 1990 (mise en place de la réduction des risques et des traitements de substitution qui ont conduit à l’amélioration de la coordination des professionnels spécialisés et de premier recours) avec le changement de paradigme actuel dans la prise en charge des buveurs problématiques. L’abstinence n’est plus le dogme absolu, la gestion contrôlée des consommations pouvant être un objectif en tant que tel. Il est aussi revenu sur l’importance du Baclofène, qui a incité de nombreux patients à demander le médicament à leur médecin, leur permettant d’entrer dans un processus de soin. La question du décloisonnement entre les secteurs de prise en charge (sanitaire, médico-social et ville) mais aussi entre le dispositif spécialisé et le dispositif de premier recours reste un chantier d’importance pour fluidifier le parcours de soin de la personne accompagnée. Rappelons que la Fédération Addiction travaille sur ce point via notamment son projet Articulation des acteurs de soin.

Le Quotidien du Médecin et la Gazette Santé Social ont chacun publié un article sur cet événement.
>> Lire l’article « Les alcoolo-dépendants trinquent » sur le site de la Gazette Santé Social (janvier 2014)
>> Lire l’article « Le baclofène et le nalmefène à l’assaut du déni des patients » sur le site du Quotidien du médecin du 20 janvier 2014 (article payant)