international

Parution d’une revue de littérature internationale sur les femmes et les addictions

publié le  |  Imprimer

Dans le cadre de son projet Femmes et addictions mené en 2012 et copiloté par la DGS et la Mildt, la Fédération Addiction a confié à l’Institut d’Anthropologie Clinique de Toulouse le soin de réaliser une revue de littérature internationale sur la thématique.

L’Institut a interrogé quatre bases de données (PubMed, Jstor, OFDT et BDSP) en français, espagnol et anglais. 385 références ont été sélectionnées sur une période allant de 2002 à 2012, et couvrant de nombreux pays. Ont été privilégiées les méta-analyses et les études épidémiologiques de grande ampleur, les études randomisées, ainsi que des études qualitatives lorsqu’elles apportaient un éclairage nouveau, même si leurs niveaux de preuves étaient moindres. Cette méthode permet d’obtenir une approche pluridisciplinaire associant des données issues des sciences médicales, des sciences humaines et sociales internationales, mais aussi de la littérature grise française. L’objet de ce travail est de multiplier les axes de recherche permettant de mettre en perspective les éléments de la littérature internationale et les réflexions locales sur la thématique.

A partir de cet important corpus, l’Institut a cherché à répondre plus particulièrement à deux questions :
* Existe-t-il des spécificités féminines en matière d’addictions ?
* Existe-t-il une spécificité de genre en matière de traitements ?

À contrepied de nombreuses idées reçues, l’examen de la littérature ne laisse aucun doute sur le fait qu’il existe une différence entre les hommes et les femmes en termes de consommations de substances psychoactives, de facteurs de risques et de conséquences de l’usage. La physiologie, la surdétermination de certaines formes de souffrance psychiatrique et/ou certaines conditions de vie rendent les femmes plus vulnérables à l’usage ou l’usage problématique de psychotropes.

D’autre part, l’étude des traitements spécifiques montre que les femmes ont à gagner à pouvoir bénéficier de réponses adaptées, dans le cadre de dispositifs de première ligne ou d’accompagnement et de soins.

Cette revue de littérature vient souligner par ailleurs l’intérêt d’étudier et de documenter de façon beaucoup plus poussée cette question en France : hormis sur la question de la grossesse, le lien entre genre et addictions est peu documenté dans notre pays, tout particulièrement pour ce qui concerne les dispositifs existants et les types d’intervention mis en œuvre. L’objectif du projet de la Fédération Addiction est précisément de valoriser les expériences de terrain et de sensibiliser les équipes au sujet, afin de contribuer à l’évolution des pratiques et à la documentation de la question.

Cette revue ayant été réalisée à partir des publications de recherche au niveau international, les études anglo-saxonnes sont très présentes. Il faut donc mettre en perspective l’approche prédominante décrite (par exemple concernant les traitements psychothérapeuthiques centrés sur les thérapies cognitivo-comportementales et la place de la question du syndrome post-traumatique).

Téléchargez la revue de litterature "Femmes et addictions"
Téléchargez la revue de litterature "Femmes et addictions"

Le modèle indiqué n'existe pas. Utilisation du modèle par défaut.

A partir des résultats de cette revue de littérature et d’une enquête sur le terrain réalisée également en 2012, la Fédération met à votre disposition :
* une base d’expériences spécifiques femmes réalisées dans plusieurs dizaines de Csapa et Caarud en France
* un document de repères élaboré par et pour les professionnels, qui contextualise la problématique femmes et addictions et propose des pistes de réflexion pour mettre en œuvre une action spécifique

Nos adhérents peuvent également consulter la synthèse de l’étude réalisée en Ile-de-France en 2010-2011 par l’Union Régionale, qui donne un éclairage sur l’accueil des femmes par les professionnels des Csapa et Caarud.

Pour plus d’informations sur ce projet, vous pouvez joindre Cécile Bettendorff par mail : c.bettendorff@federationaddiction.fr.