Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation fœtale

publié le  |  Imprimer

alcool_grossesseLe 9 septembre se déroule la Journée mondiale de sensibilisation au syndrome d’alcoolisation foetale (SAF). A cette occasion, la MILDECA et l’Inpes ont dévoilé les résultats d’une enquête sur les connaissances et la perception des risques de la consommation d’alcool pendant la grossesse. Elle révèle que la toxicité de l’alcool pour le fœtus pendant la grossesse est mal connue du grand public.Ainsi :
* seuls 25% des Français pensent que toute consommation d’alcool, quelle que soit la quantité ingérée, fait courir un risque au bébé
* 37% d’entre eux pensent que seule une consommation quotidienne d’alcool comporte des risques pour le bébé

Dans un contexte où les consommations d’alcool augmentent chez les femmes, les pouvoirs publics souhaitent une prise de conscience générale de cette problématique et rappellent qu’il n’existe pas de seuil de consommations en-dessous duquel la consommation serait sans risque pour le développement de l’enfant. Ils préconisent durant cette période le « zéro alcool ».

>> Lire le communiqué de presse de l’Inpes et de la MILDECA
>> Voir également les films mis en ligne par l’INPES sur la consommation de produits pendant la grossesse

Les professionnels de santé, et notamment ceux des addictions, ont un rôle important à jouer auprès des femmes, tant en matière de prévention et d’intervention précoce qu’en réduction des risques et en soin. La prise en compte des consommations et de leurs conséquences chez la femme enceinte gagne à être intégrée dans un accompagnement plus global des femmes, adapté à leurs spécificités.

Pour approfondir ces questions, la Fédération Addiction a participé à la traduction d’un guide sur la consommation de substances psychoactives pendant la grossesse pilotée par le Respadd. L’ouvrage fait le point sur les risques en fonction des produits et des types d’usages, mais aussi des contextes de vie. Il fait un certain nombre de recommandations pratiques accessibles aux professionnels de l’addictologie et, plus largement, à ceux de la santé. Rappelons également qu’en 2011, le Ministère du travail, de l’emploi et de la santé avait publié un guide à l’usage des professionnels, consacré exclusivement à l’alcool et la grossesse.

Enfin, le projet Femmes et addictions aboutira à l’automne à la publication d’un guide sur l’accompagnement des femmes présentant des conduites addictives, qui donnera des repères pour mieux aller vers les femmes et adapter la prise en charge de celles-ci.

>> Pour en savoir plus sur le projet Femmes et addictions, contactez Cécile Bettendorff : c.bettendorff@federationaddiction.fr ou 01 42 28 83 20