Journée Adhérents du 25 mars 2011 – CSAPA-CAARUD : partenaire et/ou ressource ?

publié le  |  Imprimer

La Fédération Addiction issue du rapprochement de l’anitea et de la F3A a soutenu et accompagné, depuis 2008, ses adhérents dans la mise en place de la réforme CSAPA et du plan addiction.

Du passage de l’addictologie à l’accueil de tous les publics, les centres de soins depuis trois ans ont connu des bouleversements au niveau organisationnel comme au niveau des pratiques professionnelles. Ces changements internes (spécialistes / « généralistes », place de la RDR, du résidentiel, prescription de méthadone, consultations jeunes…) ont eu un impact sur les partenariats (articulation avec la médecine de ville et le secteur hospitalier, avec le « droit commun », travail sur le festif, sollicitation du milieu de l’entreprise …).

Le CSAPA, de par l’ensemble de ses missions :

  • de la prévention au soin en passant par la réduction des risques
  • de la diversité des publics qu’il reçoit : des jeunes consommateurs de cannabis ou joueurs abusifs, au toxicomane en grande précarité en passant par l’ensemble des parcours « alcooliques »

est le lieu de multiples expériences.

Celles-ci le mettent donc en position d’être interpellé, non seulement pour prendre en charge et accompagner usagers et familles, mais aussi pour aider :

  • les professionnels des champs sanitaires et sociaux à (eux-mêmes) s’occuper des publics « addicts » ou sensés l’être.
  • Les « institutions » à orienter et à organiser leurs politiques.

Ces pratiques qui s’apparentent à du soutien technique, à de l’expertise ou à de l’analyse de pratiques se font de plus en plus nombreuses et illustrent à quel point la dimension « ressource » des CSAPA-CAARUD est importante, nécessaire et qu’elle doit être pensée et formalisée.

Dans ce nouveau contexte, quelle sera la place des acteurs du médico-social ? Comment travailler cette « fonction ressource et partenaire » ?