Dossier de presse – Addictions, soutenir le rôle déterminant des professionnels de santé de premier recours

publié le  |  Imprimer

portail1La Fédération Addiction, soutenue par la MILDECA et la DGS et en partenariat avec l’INPES, Adalis, l’OFDT, le Respadd, l’IPPSA, le RISQ et le GREA, lance un nouveau site web pédagogique pour favoriser le repérage des addictions par les acteurs de premier recours. Un kit de formation pour s’approprier les ressources et diffuser l’expertise est mis à disposition. En parallèle, la Fédération annonce la création d’un pôle de médecine de ville en son sein.

Une conférence de presse s’est déroulée le 18 mars 2015 avec l’intervention de Mme Danièle Jourdain-Menninger, présidente de la MILDECA, de Mme Ivana Obradovic, Directrice adjointe de l’OFDT et de deux médecins généralistes impliqués dans le pôle Médecins Généralistes de la Fédération Addiction, M. Dominique Jourdain de Muizon et M. Xavier Aknine.

Quelques éléments de contexte

L’Institut National de prévention et d’éducation pour la santé (Inpes) a publié en juin 2011 le Baromètre santé médecins généralistes qui analyse différents thème dont la prise en charge des addictions.

Quelques chiffres extraits de l’étude :

– En 2009, la moitié des médecins généralistes voyait un usager dépendant aux opiacés par mois
– 59% ont reçu au moins un usager de cannabis en difficulté avec sa consommation dans le mois
– 1/5 recevait un patient pour un produit stimulant (cocaïne, ecstasy, amphétamines…) par mois
– 5% d’entre eux participent à un réseau d’addictologie
– Près des 2/3 abordent la question du tabac au moins une fois avec chaque patient
– 70% n’abordent l’alcool et le cannabis que pour les patients qu’ils jugent « à risque »
– Le repérage systématique est plus souvent déclaré par les médecins femmes et les médecins participant à un réseau d’addictologie
– L’utilisation d’outils de repérage de type questionnaires semble avoir beaucoup progressé depuis le début des années 2000, surtout pour le tabac
– Mais l’utilisation de questionnaires de repérage de consommations de cannabis ou d’autres drogues ne concerne que 2% des généralistes en 2009

Ces données confirment l’actuelle situation des addictions :
– une forte prévalence de la consommation de substances psychoactives
– la difficulté pour les personnes concernées d’aborder cette consommation
Un des axes d’amélioration est de développer l’intersectorialité (sanitaire, ville, médico-social) dans le secteur des addictions.

Pour cela, trois leviers d’actions ont été déployés :
– un portail collaboratif
– un kit de formation
– la création d’un pôle de médecins généralistes au sein de la Fédération Addiction
Les professionnels de premier recours ont un rôle déterminant dans le repérage, la prise en charge et/ou l’orientation de celles et de ceux qui nécessitent une aide, quelle qu’elle soit. Souvent confrontés aux conséquences d’un usage de substances psychoactives chez les personnes qu’ils reçoivent, ils en identifient les signes mais peuvent être en difficulté pour aborder cette question et/ou orienter vers des spécialistes lorsque cela est nécessaire. De plus, le temps qu’ils consacrent aux questions d’addiction vu la diversité de leurs missions, dépend de leur niveau de sensibilisation, d’intérêt et des ressources mobilisables sur les territoires.

1. Le portail des acteurs de santé de premier recours

Pour contribuer à soutenir ces acteurs, la Fédération Addiction, avec le soutien et l’expertise de partenaires institutionnels et associatifs, a élaboré un site web qui regroupe les expériences et pratiques : www.intervenir-addictions.fr

Destiné aux professionnels de santé de la ville, de l’hôpital, du monde du travail, aux intervenants en milieu scolaire, ou encore aux étudiants en médecine ou en école d’infirmier, ce site permet de compléter ses connaissances pour mieux :
• aborder la question des addictions avec les patients ;
• repérer un usage problématique de substance psychoactive ;
• intervenir et orienter la personne en fonction de sa situation et de ses besoins.

Les internautes y trouveront :
• 10 mises en situation filmées et commentées : 7 en santé de ville, 2 en santé au travail et 1 en santé scolaire ;
• des conseils de posture professionnelle ;
• des ressources téléchargeables : questionnaires standardisés de repérage, documents d’aide à la pratique, documentation scientifique, plaquettes d’information pour les patients ;
• des outils pour mieux orienter la personne accompagnée.
Médecins généralistes mais aussi infirmiers libéraux, scolaires et hospitaliers, pharmaciens, médecins spécialistes, sages-femmes, psychologues, travailleurs sociaux, professionnels de l’accompagnement, y trouveront des pistes pour intégrer la question des addictions à leurs pratiques.

>> Lire aussi notre article de présentation du site intervenir-addictions.fr

2. Kit méthodologique pour l’utilisation du site en formation

Appropriable aussi bien par des professionnels de l’addictologie que par des professionnels de premier recours dans une visée d’auto-sensibilisation, le site a aussi été pensé comme support de formation. Il peut aider à améliorer le repérage et l’évaluation des conduites addictives, à modifier sa façon de conduire un entretien. Il permet aussi de localiser les structures ressources en addictologie sur son territoire.

Le site est accompagné d’un « kit de formation », composé d’une clé USB et d’un guide d’utilisation.
Le guide d’utilisation du site en formation, téléchargeable sur intervenir-addictions.fr, propose d’utiliser les ressources en ligne en fonction des difficultés et freins rencontrés par les professionnels de santé. A chacune de ces difficultés correspond un ensemble de leviers pour améliorer sa pratique (postures professionnelles facilitant l’abord des consommations avec la personne reçue, documents ressources téléchargeables). Principalement listées à partir de la pratique des médecins généralistes et des médecins du travail, ces difficultés sont toutefois transposables dans de nombreuses autres professions. La clef USB comporte les séquences filmées qui permettent d’étudier la mise en application de certains principes.

La clé USB est disponible gratuitement sur demande auprès de : infos@intervenir-addictions.fr.

3. L’intégration du Pôle MG Addictions au sein de la Fédération

Le médecin généraliste est un acteur essentiel du premier recours, tant par le nombre de personnes qu’il reçoit que par sa connaissance des contextes de vie de ses patients.

Répondant à la sollicitation de praticiens qui se retrouvaient dans le projet fédératif commun tout en souhaitant défendre leur pratique d’acteurs généralistes, la Fédération Addiction a créé un pôle de médecins généralistes, le Pôle MG Addictions.

Ce pôle leur apporte les moyens d’organiser une aide et un soutien partagé face aux questions d’addictions pour :

  • favoriser la construction d’un savoir addictologique en médecine générale, reposant sur les pratiques cliniques quotidiennes ;
  • œuvrer au renforcement de la formation initiale et continue en addictologie des médecins ;
  • participer à l’amélioration de la prise en charge des usagers et à l’évolution des thérapeutiques.

Ce Pôle MG Addictions va formaliser les pratiques professionnelles addictologiques en médecine générale de ville, selon la méthodologie participative adoptée par la Fédération Addiction. 
Il contribuera à la représentation de la médecine générale dans les travaux de la Fédération Française d’Addictologie et auprès des instances publiques compétentes en matière d’addictologie.
Sites des partenaires du projet
www.federationaddiction.fr
www.drogues.gouv.fr
www.sante.gouv.fr
www.inpes.sante.fr
www.ofdt.fr
www.drogues-info-service.fr/www.alcool-info-service.fr/www.joueurs-info-service.fr
www.respadd.org
www.ippsa.fr
www.risqtoxico.ca
www.grea.ch
www.cannabis-medecin.fr

Suite à la conférence de presse du 18 mars annonçant le lancement du site, le Quotidien du Médecin y a consacré un article sur son site.

Vous pouvez également visionner le reportage effectué par le Monde Pharmaceutique TV en lien avec la conférence de presse.