Consultations Jeunes Consommateurs : une journée en Franche-Comté

publié le  |  Imprimer

Depuis plus d’un an, la Fédération Addiction est engagée dans l’accompagnement du guide CJC sur les territoires. En lien étroit avec les Agences régionales de santé et les chefs de projet MILDT, des journées d’échanges ont été organisées dans 17 régions qui ont rassemblé au total près de 1500 participants. La dernière journée de l’année 2013 s’est tenue en Franche-Comté le 12 décembre et a réuni 80 professionnels environ. Durant la matinée, les professionnels des CJC et CSAPA ont pu réfléchir sur les pratiques professionnelles à déployer pour rencontrer les jeunes consommateurs non demandeurs de soins à partir des trois axes décrits dans le guide : le fonctionnement des CJC, l’accompagnement du jeune et de son entourage et l’intervention précoce. Lors des temps d’échanges, les professionnels ont notamment soulevé les questions des critères d’accueil, de l’appellation et de l’affichage, des liens avec la justice, avec les services d’urgences et des passerelles possibles avec les actions de réduction des Risques.

La CJC: Un dispositif souple, ouvert et évolutif

L’après-midi le Docteur Albert Herszkowicz, conseiller médical au bureau des pratiques addictives de la Direction Générale de la Santé et Isabelle Epaillard-Patriat, Directrice de cabinet du Préfet de région ont pu rappeler que la prévention, la Réduction des risques et l’accès aux soins chez les jeunes constituent une préoccupation majeurs des politiques publiques, que ce soit dans le plan MILDT ou dans la stratégie nationale de santé en cours d’élaboration. Les partenaires conviés l’après-midi (Education Nationale, justice, collectivités locales, points information jeunesse etc…)   ont pu découvrir ou redécouvrir la spécificité des CJC, en tant que dispositif « souple, ouvert et évolutif qui va au devant des jeunes » comme l’a rappelé le Docteur Herszkowicz (cf intervention en pièce jointe).

Les CJC de Franche-comté ont ensuite présenté des exemples d’actions qui facilitent la rencontre avec les jeunes usagers. Laurence Rebillot, psychologue à Soléa Bis a présenté le travail de coopération avec la ville de Besançon, l’éducation nationale et le service de prévention spécialisé qui a abouti à la mise en place de consultations avancées au plus près des jeunes: dans les lycées et centres sociaux des quartiers. Philippe Bonnet directeur de Passerelle 39 et Claire Jobard, directrice d’Info Jeunesse Jura ont souligné l’intérêt d’un partenariat entre un dispositif d’information généraliste et un dispositif addiction pour d’une part mener conjointement des actions de réduction des risques en milieu festif, et d’autre part, offrir la possibilité d’une rencontre individuelle avec un professionnel spécialisé au sein d’un accueil généraliste. Dans le cadre d’un partenariat avec la PJJ, Joël Fiardet attaché de direction à l’ANPAA 70 a décrit comment la CJC peut être un appui, une ressource pour renforcer les compétences des acteurs de premier recours en proposant des formations au repérage précoce et à l’intervention brève. Enfin, Cathy Jeanblanc psychologue à la CJC d’Equinoxe a rappelé, à partir de la présentation d’un partenariat naissant avec un centre éducatif et professionnel,  les différentes étapes inhérentes à la construction d’un projet. Ces expériences de partenariat confirme la nécessité de décloisonner les pratiques et les institutions pour intervenir précocement auprès des jeunes, éviter le passage par une addiction et faciliter l’accès aux soins pour ceux qui en ont besoin, comme l’a souligné Véronique Garguil secrétaire générale de la Fédération Addiction dans le journal l’Est Républicain.