Baclofène – la prescription en post sevrage – exemple de pratique

publié le  |  Imprimer

Les effets du Baclofène sur le traitement de l’alcoolodépendance sont de plus en plus observés et mesurés par les professionnels sur le terrain.
Nous vous avions mentionné que des réflexions se mettaient en place dans le réseau, et la Fédération Addiction a fait paraître en octobre un supplément technique sur le médicament (lire le supplément technique), ses effets physiologiques et les tests dont il a fait l’objet.

Le docteur Claude Fontanarava, membre du conseil d’administration de la Fédération Addiction et excerçant  au CSAPA AMPTA d’Aubagne nous a fait part de son expérience quant aux modalités et aux effets d’une prescription en post-sevrage sur une soixantaine de patients.

Deux idées fortes ressortent de son témoignage :

– Le Baclofène permet de ne plus être dans un besoin irrépressible (craving) mais dans l’envie de consommer, ce qui introduit la notion de choix et aide l’usager à (ré)investir ses actes et ses soins,

– Il ne le prescrit qu’après une décision résolue d’arrêter une consommation massive (exclusivement en post-sevrage) pour avoir un effet direct non gêné par la présence d’éthanol au niveau physiologique, et vient en appui à la prise en charge médico-psycho-sociale en CSAPA.

>> Téléchargez le complément au supplément technique sur le Baclofène (réservé aux adhérents)

Comme le médecin du CSAPA AMPTA d’Aubagne, n’hésitez pas à nous faire part de votre pratique originale autour du Baclofène, nous la diffuserons. Vous pouvez écrire à Laurène Collard, en charge de ce thème l.collard@federationaddiction.fr