Premiers résultats de l’enquête PELLEAS sur adolescents et écrans

publié le  |  Imprimer

tendances_97Tendances n°97
Date de parution : décembre 2014

Une enquête sur les pratiques d’écrans des adolescents scolarisés vient d’être réalisée par l’OFDT durant l’année scolaire 2013/2014 dans 15 établissements du secondaire de la région parisienne.

Parmi les questions soulevées par l’étude :
Quelles sont les pratiques d’écrans susceptibles de poser problème à l’adolescence ?
Comment repérer les signes d’un usage problématique de jeux vidéo ?

Avec une omniprésence des écrans dans la vie quotidienne, l’enquête s’attache à identifier les marqueurs d’usage problématique, que ce soit le contexte familial (permissivité, règles, contrôle), le contexte de jeu (seul ou en collectif), le genre, le type de jeux (action, jeux de rôle, stratégie)… 

Véritable enjeu social et sanitaire, ces données viennent nourrir le repérage précoce des comportements d’abus que peuvent faire les professionnels de premiers recours, l’entourage familial et les professionnels de CJC qui reçoivent en partie ces adolescents.

Au regard des résultats de PELLEAS, il apparaît indispensable de différencier les circonstances de jeux, les types de jeux et les profils de joueurs. Par exemple, le fait de jouer souvent seul ou en ligne avec d’autres joueurs est clairement associé à un usage problématiqueLe caractère virtuel du jeux en ligne semble être l’un des facteurs qui encouragerait la perte de contrôle. Pour autant, les auteurs rappellent que certains la grande majorité des joueurs n’ont pas d’usage pathologique de ces jeux et restent donc dans une activité ludique qui comporte également des « bienfaits incontestés » en termes de stimulation des échanges et de sociabilité.

Sans diaboliser le jeu en ligne, l’enquête conclut que « (…), pour certains adolescents
en situation de vulnérabilité psychique, un excès d’activités vidéo-ludiques peut engendrer isolement et retrait social. L’enquête PELLEAS illustre en outre que la pratique problématique du jeu vidéo apparaît le plus souvent liée à un défaut de surveillance et de sollicitude parentales ».

>> Consultez les résultats de l’enquête sur le site de l’OFDT

>> Vous pouvez écouter la séquence consacrée à l’enquête par France Bleu